Les Banques Populaires ont un siècle !

Le 13 mars 1917, la loi Clémentel (*) donnait officiellement naissance aux Banques Populaires. En imposant une vision économique audacieuse, basée sur la coopération et la solidarité, elle a permis aux artisans, commerçants et petits industriels d’accéder au crédit bancaire.

100 ans plus tard, la flamme est toujours vive, et les Banques Populaires toujours aux côtés de ceux qui entreprennent.

Elles sont engagées au service du développement régional et sont un acteur majeur de l’activité économique de la France. Elles ont su rester visionnaires et innovent en permanence pour faire face aux défis de demain.

 

 

S’engager auprès de ceux qui entreprennent

Nées pour soutenir les petits industriels, artisans et commerçants, les Banques Populaires encouragent les initiatives. En 100 ans, ce modèle original a su évoluer pour répondre aux besoins de tous les clients, tout en restant la première banque des entrepreneurs. Rendre le crédit accessible à tous pour contribuer au succès de chacun, c’est ça être visionnaires & populaires ! 

Être à l’écoute de ses sociétaires

Les sociétaires sont propriétaires à 100 % de leur Banque Populaire. En participant aux assemblées générales et en élisant leurs représentants au conseil d’administration, ils participent aux orientations de leur banque.

Ce modèle coopératif, participatif et solidaire est toujours, 100 ans après sa naissance, moderne et résilient. Être à l’écoute de ses clients pour mieux les accompagner, c’est ça être partenaires & populaires !

Participer au développement local

En prise directe avec leur environnement et engagées sur leurs territoires, les Banques Populaires soutiennent les porteurs de projets locaux. Elles redistribuent chaque année une partie de leurs résultats à des organismes qui agissent en faveur de l’éducation et la recherche, la culture et le patrimoine ou encore l’insertion par l’emploi… Être un acteur majeur de l’activité économique et sociale de la France, c’est ça être solidaires & populaires !

Garder une longueur d’avance

À l’image des créateurs des Banques Populaires qui ont eu l’audace d’inventer ce modèle, les Banques Populaires n’ont eu de cesse d’innover, pour s’adapter aux évolutions économiques, technologiques et sociétales, et anticiper les défis de demain. Proposer le meilleur de l’humain et du digital, c’est ça être modernes & populaires !

 

 

Evolution du logo de la Banque Populaire

 

(*) Qui est Etienne Clémentel (1864 – 1936) ?

Notaire à Riom, en Auvergne, Étienne Clémentel entre en politique au début du XXe siècle. De 1905 à 1925, il sera plusieurs fois ministre mais aussi maire, conseiller général ou sénateur.

La loi qui porte son nom, votée le 13 mars 1917, a pour objet l’organisation du crédit au commerce et à l’industrie, et donne officiellement naissance aux Banques Populaires. Elles reçoivent la mission d’accompagner les entrepreneurs pour favoriser la reconstruction économique de la France et leur donner la réponse qu’ils ne trouvent pas dans le système bancaire de l’époque.

Précurseur, Étienne Clémentel a par ailleurs contribué à la création des régions, a milité pour un plan industriel de modernisation, et a présidé la première Chambre de commerce internationale.

Amoureux des arts, il était l’ami du poète Mallarmé et du sculpteur Rodin.